Non classé

Les nuages

Poème de Victor Duquesnay (1872-1920) – MARTINIQUE (France)

Nymphéas, les nuages de Claude Monet – Musée de l’Orangerie, Paris.

Flocons soyeux, dais sombre et lourd, fines buées,
Essaims toujours fuyants, éternels migrateurs,
Les nuages laiteux, les ardentes nuées
Ouvrent, sous l’astre en feu, leurs panaches en fleurs !

Ils vont filtrant la brume ou versant des ondées,
Ou bien, trompant l’espoir âpre des paysans,
Loin des sillons poudreux, des plantes dénudées,
Leur aumône s’égare aux riches océans.

Par le vide des cieux, dans la lumière blonde,
Où sous les longues nuits des hivers décevants,
Passants insoucieux, leur troupe vagabonde
Se tasse ou se disperse au caprice des vents

Ils s’éloignent sans fin en longue théorie…
Or, mauves, violets aux profondeurs du ciel,
Ils ont semé ce soir, ainsi qu’une féerie
Des îles de clarté dans un monde irréel.

In La chanson des Isles – 1926

http://www.nuage.art

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s