Cela gronde doucement

Poème de Antjie Krog (1952-) – AFRIQUE DU SUD

L’Orage (1885) de George Inness Reynolda – House Museum of American Art – Wikiart

Cela gronde doucement. la terre soulève
son crâne sous l’aile des nuages
couve l’orage le long du palais silencieux
des montagnes. un bulbul se glisse


au plus intime de l’érable —
au plus calme du tronc au cœur de l’arbritude
oh, immobile l’arbre attend. l’éclair
jaillit des strates bleues, le veld sent sa chair de poule


s’ouvrir au parfum des robes
pleines de promesses. dans ses cheveux éclot la rose
l’ultime fraîcheur s’évapore de ses aisselles


elle déboutonne son long cœur. jamais elle ne fut
si maigre, si seule, on avait attendu
une pluie qui, justement, n’était pas venue




Une syllabe de sang, Le temps qu’il fait, octobre 2013, page 81.

Traduit de l’afrikaans par Georges-Marie Lory.

https://terresdefemmes.blogs.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s