La montre

Poème d’Ahmed Chawqi (1868-1932) – ÉGYPTE 

J’ai une montre en métal
qu’aucune autre n’égale.
Elle se hâte en languissant,
son cœur bat, persévérant.
Ses aiguilles et le temps
sont en conflit constant.
Elle marche, je tarde peu ou prou,
elle s’arrête et moi, je m’en fous.
Je l’observe sans énervement
avancer ou retarder indolemment !
Je tiens à ma montre, elle passe son temps
à me tromper si bien sur le temps…

http://www.epigramme.fr/

Choisi et interprété par l’auteur du site, Barbara Botton. Cette traduction originale relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Source : La Poésie Arabe, des origines à nos jours », René R. Khawam, Éditions PHÉBUS, 1995

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s