Littoral en creux

Poème de Barbara Auzou (1969-) – Partenaire d’AFROpoésie – FRANCE

Delta del Okavango (Botswana) – Teo Gómez

partout on baisse les bras

on ne croit plus guère en les oiseaux

on ne se jette plus dans aucune mer

et si l’on ressasse l’eau en ses boucles

serrées toujours

c’est pour en faire des bouquets de végétaux

qui retiennent les alluvions contre leur gré

alors les mots couchés à mes pieds

je féconde le ventre humide des rêves

pour que se perpétue cette étrange façon

de me confondre avec mon amour

je m’en fais une maison

et je m’endors dans la baie d’une épaule

je murmure à ce littoral en creux

comme on le fait à soi-même mendiant un peu

la chanson familière de l’impossible delta

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s