Pastorale

Poème de Mokhtar El Amraoui (1955-) – Partenaire d’AFROpoésie – TUNISIE

Aux piaillements des premières lueurs,

Une seule phrase s’entortille,

Autour du bâton pèlerin,

Pour s’emparer de sa peau de sable,

Berger colmaté de rubans de ciel.

Quand il égrène le souffle des étoiles qui roucoulent,

L’oeil se donne aux nuits du monde,

Jusqu’au bonheur d’une larme qui sourit,

Qui fleurit au bout d’un sein tendu

Vers la gloire de la sève

D’une bouche nourrie aux questions.

© in Arpèges sur les ailes de mes ans

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s