« On l’a trompée » d’Ahmed Chawqi

Poème d’Ahmed Chawqi (1868-1932) – ÉGYPTE 

Odalisque, par Auguste Renoir (1870). National Gallery of Art, Washington – Wikipédia CC BY-SA 4.0

On l’a trompée en l’appelant belle

– femme sensible aux pastourelles

– vrai a-t-elle oublié mon nom

Quand les amoureux viennent et vont ?

Elle me voit et se détourne

Oh souvenir qui s’en retourne !

Quels sourires, quels regards pourtant

Faisaient nos délices d’antan

Nous nous séparerions pour guérir

Malades l’un de l’autre à gémir

Quand nous étions ah ! Ne dis rien

Deux amoureux que l’amour tient

La chasteté veillant

Les passions, sagement…

Elle tire mon abbaye, dit :

Vous, beaux poètes, hommes épis

Craignez dieu en vous jouant

Du cœur des vierges

Vous le savez, le cœur des vierges c’est le vent !

http://www.imarabe.org

Luc Norin et Edouard Tarabay, Anthologie de littérature arabe contemporaine Préface de Georges Henein Éditions du Seuil, Paris. 1967, p. 31.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s