« Dorure étoilée » de Saeeda Otmanetolba

Poème du site de notre partenaire Souffle inédit.

https://souffleinedit.com/

Je voyage et pourtant !

Mes bagages ne sont pas très lourds

Mes mots épousent la dorure de ce matin

Comme Octave épousant la pauvre Hyacinthe

Pour aimer, mentir et puis courir dans l’absence des mots

Pour humer l’odeur suave des violettes de la jacinthe

Apprendre à ne plus clore et apprécier l’attente

Mes maux implorent la rançon de la justesse

Dans cette grande pièce et cette petite forteresse

Il ne s’agit plus de nous, plus de nous jacasser

Pour un diamant rose ou un cristal cassé

Mais pour la lumière du jour

Pour se bénir sans pour autant se tasser

Apprendre à partir et ne point revenir au passé

Dans moult voyages où nos mots n’ont que le choix de nous lasser

Voyageons encore

Parlez-moi encore de l’amour

Après que le chien qui boite dans le froid n’éclore encore

Loin de moi mes larmes se jonchent sur les joues du boucher

Mes yeux transpirent et pourtant

Une douleur qui vadrouille librement comme le fit dans le stroma le squirrhe

Il nous manque tant d’espérances et tant d’aisances

Dans ce monde vil qui nous conduit vers l’insuffisance

Re voyageons ensemble contemplant les coquelicots jadis sur la colline

Avant que les esprits fourbes nous badinent

Nous assassinent

Mangeons des nèfles et du raisin sec sur nos moult chemins

Remplissons le couffin de couleurs & d’espérance

Ne laissons donc pas le jour se lever sous la grivoiserie et l’indécence

« Le reître » porte toujours sa tenue de soldat pour nous vêtir de complaisances

Voyageons encore ensemble sous les notes du raffinement de la sylphide

Au loin des hommes bercés sur les eaux limpides

Ils oublient de regarder leurs visages avec leurs odeurs fétides

Et puis la jouvencelle sacrée revient toujours  parmi les vivants

Dans une dorure étoilée qui neige sur les volets.

Regardez-la danser aussi bien que

Dans son absence ou dans la lumière volée de sa présence.


Saeeda OTMANETOLBA : on découvre sous son air posé et ses paroles sensibles, une Algérienne polyvalente et polyglotte qui brandit comme un étendard sa courageuse affirmation de soi et ses penchants pour la littérature plus particulièrement pour le genre poétique qu’elle affectionne aussi bien dans la langue de Voltaire que dans celle d’El Moutanabi.

Un ouvrage poétique collectif en 2003 avec les éditions Marie Virol Paris, accompagné d’œuvres picturales dans la revue Algérie Littérature Action En 2014 ; son incontournable Recueil de poésie « Je m’excuse pour le Bonheur » soixante quatre textes qui racontent séquentiellement le combat d’une femme qui renaît de ses cendres dans l’espoir et qui termine dans la certitude avec le texte  » Je sais » Un engouement amoureux des mots édité avec un grand poète et éditeur M. Lazhari Labter.

Un autre recueil faisant suite aux excuses au bonheur, la gratitude elle fait suite avec un nouveau recueil qui sortira bientôt.

Des hauts de ces quatre décennies et un demi-grain de poussière Saeeda OTMANETOLBA incarne en elle l’amour et l’altérité pour ses amis, famille et entourage. Une main tendue pour partir ensemble dans une parfaite harmonie et alignement spirituel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s