« Oh, voisine du fleuve » d’Ahmad Chawqi

Chanson d’Ahmed Chawqi (1868-1932) – ÉGYPTE 

Étienne Dinet, Le Séducteur (1906), musée national de Poznań. Wikipédia

Ému, ô riveraine de la rivière, j’ai revu ton souvenir
comme des rêves
Je me suis représenté ton amour dans ma mémoire
et dans mon songe car les souvenirs sont l’écho
volubile des années.
Je suis passé par les jardins de la colline verdoyante
où je j’avais l’habitude de te voir
Des visages et des regards m’ont souri j’ai alors
retrouvé dans leur souffle ton sourire
Je ne savais ce qu’était la vraie étreinte jusqu’au
jour où, tendrement, mon bras t’a enlacée
Les formes de ton corps ondoyèrent sous ma main et
tes joues s’en enflammèrent
Je suis alors entré dans deux nuits: ta chevelure et le
soir qui descendait et j’ai embrassé comme un clair
matin ta bouche
Les paroles se sont tues et mes yeux se sont dans le
langage de l’amour adressés aux tiens
Ni la veille ni le lendemain ne faisaient plus partie
du temps qui n’était plus tout entier que l’instant de
ta confiance

Texte original


Poème emprunté au Centre culturel du livre

Traduction de Jalel Gharbi, disponible sur :
http://kapitalis.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s