« À une galère » de Leconte de Lisle

Poème de Leconte de Lisle (1818-1894) – LA RÉUNION (France)

Zoophyte désigné par les marins sous les noms de Vessie de mer, petite Galère ou Vaisseau de guerre portugais – https://fr.wiktionary.org/

Par les flots bleus, rubis, topaze,
Émeraude que l’or embrase,
Nacelle à la voile de gaze,
Sous l’haleine du vent plaintif,
Où va ta course fugitive ?
Étoile de la mer pensive,
Dis, vers quelle lointaine rive,
S’envole son léger esquif ?

Apprends-nous où ta fantaisie
Promène ta grâce choisie,
Brillant rayon de poésie ;
Suis-tu le caprice du vent
Vers l’ombre ou bien vers la lumière ?
Carène frêle et passagère,
Ta voile à l’éclat éphémère
Veut-elle les feux du Levant ?


Ah ! perle de l’onde azurée,
Si vers l’aurore diaprée
Tu touches la rive sacrée,
Hélas ! que j’ai fui sans retour,
Ô ma précieuse nacelle,
À chaque souffle ouvre ton aile :
Mon cœur te conduira vers elle,
Car tu lui portes mon amour.


Poème emprunté au site https://fr.wikisource.org/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s