« Dark-skinned » d’Andy Davigny Péruzet

Poème d’Andy Davigny Péruzet (1981-) – Partenaire d’AFROpoésie – GUADELOUPE (France)

Peaux noires comme hier au soir,

Nous chantons d’une douleur aiguë, méconnue

Comme longtemps, longtemps nous fûmes regardées, jaugées… Et pour dire quoi, sinon nier l’évidence ?

Peaux noires comme hier au soir, de paroles blessantes mutilées,

Nous crevons des plaies longtemps négligées

Et qui s’étendent encore par quelque regard qui fuit,

Quelque sourire qui fait semblant de sourire

Des braves gens nous ont admirées, sublimées.

De loin toujours,

Trop timorés pour avoir le cœur à nous envier

Trop avisés pour avoir la tête à nous convier aux salons de thé

Ou nous entraîner dans l’obscurité d’une chambre à coucher

Car les gens bien ne savent que trop bien les élancements, l’obscène abandon d’une prison de bistre édifiée

Trou noir irréel pour humanité désincarnée

Oui ! 

Nous les peaux noires comme hier au soir avons longtemps hélé 𝘈𝘯 𝘔𝘸é !* sur ces terres d’eaux aliénées

Trop longtemps nous avons enfoui la beauté profonde de la nuit

Et renoncé à l’appel de la nostalgie

*An Mwé! = « à l’aide » en créole guadeloupéen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s