« Aux frontières du possible » de Claude Dussert

Poème de Claude Dussert (1947-) – Partenaire d’AFROpoésie – FRANCE

La barrière de Melilla entre le Maroc et l’Espagne – Wikipédia

Je t’aperçois à peine derrière les barbelés

Dans tes yeux la tristesse se lit, cristallisée

Dans tes rides affleure une vie de tourments

Ton cœur saigne à flots, tu gémis doucement

Devant cette frontière hérissée de piquants

Tes espoirs de voyage s’écoulent tristement

Les fleurs des champs que tu avais cueillies pour moi

Dans tes mains déchirées se sont fanés d’effroi

Ton journal est rempli à ras-bord de soupirs

De taches de mépris, d’amers souvenirs

De pluie, de vent, de haine, de rides de tortures

Je perçois tes désirs au fil des écorchures

Qui balafrent ton corps et assèchent tes pleurs

Jamais je n’oublierai tes yeux et la terreur

Qui filmaient le décor crevassé du désert

Je ne sais plus que dire aux Dieux de l’univers.

Je vomis quelques mots aux frontières imbéciles

Dressées pour nous soumettre à la pensée débile

De Tyrans désœuvrés par des idées stériles

Qui rêvent de régner sur un monde servile.

De ces temps décousus par tant d’intolérance

Je voudrais t’envoyer une lueur d’espérance.

16 Octobre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s