« Au poète essentiel » de Jean-Jacques Nkollo

Poème de Jean-Jacques Nkollo (1962-) – CAMEROUN

Léopold Sédar Senghor en 1975 par Roger Pic – BNF – Wikipédia

Pour le poète Senghor

Cette nuit-là,

dans l’eau du songe,

j’ai vu, parmi les hautes herbes de Guinée,

rire un mandrill au museau rouge et sa femelle

au museau bleu.

Cette nuit-là

dans le miroir,

j’ai vu, tout blanc de feu l’image de son corps,

une salamandre éblouie se changer en caméléon.

Cette nuit-là,

sur l’autre pré,

j’ai vu, du fond du sang qui purifie chaque île,

se poser entre les agneaux un ange sans nom ni visage.

Poème emprunté au site https://unesdoc.unesco.org/

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s