« FRATERNITÉ 2 » de Claude Dussert

Poème de Claude Dussert (1947-) – Partenaire d’AFROpoésie – FRANCE

Soldats sénégalais au camp de Mailly, Félix Vallotton, 1917.

Abattons ces frontières rouges à nos fronts !

Barbelés et cisailles arment nos bras blessés.

Après avoir tiré sur les tyrans

Nous nous sommes retirés en tirant

Tirs à vue, tirs en rafales

Rappelez-vous ?

Dans ce no man’s land

Pas de quoi faire la bombe, je le jure

Rien alentour ne rassure.

Certains d’entre nous ont sauté sur des mines

Il suffit de bien regarder leurs mines.

Défigurés.

Nos aïeux ou nos pères ont fait la der des ders

Oui, ils l’ont tracé le chemin des dames.

En souvenir ils ont laissé

Un cœur, un poumon, une jambe

Un bras, un peu de haine, beaucoup d’amour

Leurs âmes aussi, mais pas de raton laveur.

Vingt ans après !

Le Généralissime dansait flamenco

Adolphe brûlait ses tableaux

Staline, petit père s’alliait avec Hitler

Mussolini en a ri et bradé l’Italie.

De haine ou de peur Hirohito en a jauni.

Après Hiroshima et Nagasaki,

Le monde s’est réconcilié, enfin, en partie.

Mais moi je me tire ailleurs

Je suis Sénégalais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s