« Pigalle » de Thierry Quintrie Lamothe 

poème de Thierry Quintrie Lamothe (1944 – ), à retrouver sur le blog partenaire Poesia Revelada

S’évanouissent les façades pleines de suie

au Louxor s’affiche La Comtesse aux pieds nus

le buste à peine couvert d’un léger tissu

Ava Gardner franchit les portes de la nuit

Fébrile de fuir la craie blanche et son tableau

furtif regard sur un visage qui grelotte

yeux médusés frottés à la lueur pâlotte

le gamin s’est vite installé dans le métro

Vacarme d’enfer ! La rame sort du tunnel

file vers Pigalle signe ailé du désir

charriant la folle cargaison des plaisirs

enroulés dans des caves bourrés d’étincelles.

Elle est là. Toujours là. À attendre son heure

face au miroir que tend l’amour sur le pavé

au passant avide d’oublier sa journée

sans distinguer le migrant ou le voyageur

Le collégien avance, il s’arrête, il a froid

lève les yeux sur le film sorti du studio

« décide toi, veux-tu, Embrasse moi, idiot « 

lèvres blèmes fermées sur un filet de voix

La femme s’évanouit. Il s’en faut de si peu

ne reste qu’un faible écho tendre dans le noir

vite disparu du côté de Rochechouart

dernier creuset où tout se fond au même feu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s