« Poème » de Robert Sabatier

Poème de Robert Sabatier (1923-2012) – FRANCE

Des olives noires de Nyons – Wikipédia

A Léopold Sédar Senghor

N’enterrez pas le monde

Car il resurgirait

Dans les sèves futures.

Ma langue est une olive

Que je presse pour toi.

Une huile qui coule.

Si tu cueilles la soif,

J’inventerai le fruit

Pour éveiller la source.

Si je suis page vide,

Écris-moi sur ton corps.

Tu seras mon poème,

Nous voguerons sur l’aube

Et je serai ta barque,

Ta voilure et le vent.

Si tu gardes le pouvoir

De me faire silence.

Berceuse de l’amour,

Je suis ton instrument.

Si le poète meurt,

L’Univers aura froid.

Poème emprunté au site https://unesdoc.unesco.org/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s