« Et ce serait de vivre à tes genoux » de Kateb Yacine

Poème de Kateb Yacine (1929-1989) – ALGÉRIE

Nu qui rassemble des fleurs (1958) – Pablo Picasso – Wikiart

Parmi les éclats

De tes jeunes rires,

L’on entend siffler

L’oiseau des savanes,

Avec le murmure ailé du zéphyr

Et le chant plaintif des peuples d’amour…

Toi, mignonne aux yeux

Plus noirs que mon âme,

Fais ma place dans ta couche douillette,

Je te chanterai des refrains de feu!…

Au cœur de la rose on meurt de parfums,

Ma lèvre frissonne au vent des baisers…

Plus rouge que sang

Fais couler ta lèvre!

Femme obscure et dont l’œil égale la rancune,

Prends-moi, voici l’instant des mêlées furieuses.

Que se parent de sang nos chairs voluptueuses!

Regarde! Me voici plus pâle que la lune,

Agenouillé devant l’image de ton charme…

J’attends. Et mon cœur passe d’alarme en alarme.

C’est l’instant de mon malheur,

L’heure

Où Décembre, en sa pâleur,

Pleure.

Mais, quoique toute clameur

Se meure,

En moi ton rire charmeur

Demeure…

Poème emprunté au site https://tipaza.typepad.fr/

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s