Idylles étouffées

Nouhr-Dine Akondo (1979-) – Partenaire d’AFROpoésie – TOGO

20180327_181533.jpg

Abouèno, à peine arrivée

Voici que vers toi se tourne ma pensée

Je me souviens : cette nuit où on s’est quitté

Gracieuse par ton sourire

Qui frictionne à démolir

Gracieuse par ta démarche des charmes de Nubie

Par ces charmes qui te font :

Gracieuse, chaleureuse, mais au cachot

De la norme parentale et du lot

Gracieuse et toujours éloignée,

Loin tu restes jusqu’à ce jour

Loin mais pas des moindres

Tu es restée un fantasme spéculé

Tel un diamant dans la boue, à la mine

Tu es la panthère déchaînée qui reste à dompter

Comme en ce jour de rencontre où tu snobas mon apostrophe

Tu restes l’être aimée aux fragrances de suspense

Et quand vient le moment d’étoffer la relation

Tu n’es pas là, effarée, éloignée

Mais forte de cette absence

Qui en moi aiguise l’espoir par tant de défoulements refoulés.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s