Congo

Idir Tas (1960-) – Partenaire d’AFROpoésie – ALGÉRIE (Kabylie)

d0fca634380845.56ce58403bba8.jpg

Photo © Justin Makangara

Si j’écoutais mon cœur
Je descendrais des mois durant le fleuve Congo
Sur un bateau chargé comme l’Arche de Noé
Où femmes et hommes parmi les bêtes
Élèveraient leurs chants dans la nuit

(Refrain)
Afrique
Ô Continent des âmes bien trempées
Ô Terre de tous les risques et de tous les exploits

J’aurais pour toit une bâche jaune
Qui se mettrait à battre la mesure
Au rythme du vent et de la pluie

Sur des fours improvisés
Il y aurait des poissons pêchés dans le Grand Fleuve
Au goût de limon de liberté
A la chair parfumée de safran et de grand large

Refrain

Notre capitaine saurait faire face à toutes les situations
Il sauverait notre rafiot de l’enlisement et du naufrage
J’aiderais le perchiste à sonder les fonds
Tournant cette longue tige de gondolier
Fendant d’un bras magique l’onde imprévisible

Refrain

Homme noir valeureux
Il y a en toi une telle élégance une dignité
J’envie ton self-control ton savoir et ta sagesse
Aucune peur ne sourd de ton visage impassible
Comme si tu traversais le bouillonnement du monde
Tel un funambule confirmé

J’aimerais te ressembler
J’aimerais avoir ta force et ta philosophie

Extrait de “Le murmure du figuier bleu”, d’Idir Tas, L’Harmattan, septembre 2014 (repris dans “Chansons du figuier bleu”, Les Éditions du Net, juin 2016).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s