Non classé

Sans le vouloir

Poème d’Akinwunmi Isola (1939-2018) – NIGERIA

Illustration : fouet de dompteur (2007) 

Signal_whip

Dans ma prime enfance, je croyais que le Monde allait droit :
Je marchais librement,
Je parlais sans gêne,
Je levais les jambes,
Je donnais des coups à tout va
Je finissais de manger,
Je dormais le ventre plein
Je n’avais que des amis,
Je n’avais pas d’ennemis.
Le Monde entier paraissait si paternel.
Peu de temps après
Ils ont dit que je mûrissais.
Si je riais beaucoup,
Je recevais un coup sur le crâne.
Si je parlais de ce que je voyais,
Ils me giflaient sur la bouche.
La colombe est dans la forêt,
Elle étend les ailes
Mais une fois apprivoisée,
Elle boit de l’eau dans une boîte de conserve.
Les affaires de ce Monde, quel mystère !
Le coq saute sur le toit,
Il chante fort.
Quand il descend, nous lui ôtons les plumes des ailes, entièrement.
Alors il devient un oiseau qui chante sous l’arbre.
Le monde n’aime pas tant le coq que la volaille.
Un ancien avait le nez sale,
Je l’ai fait remarquer ; j’ai été fouetté.
Un petit enfant a uriné dans la marmite de soupe.
Je l’ai dit, j’ai été puni.
Je dis : « On devrait dire les choses comme on les voit. »
Le Monde dit : « même si les yeux voient, la bouche doit se taire ».
Ne voyez-vous pas que le monde tel qu’il se montre ?
Sans le vouloir,
Le Monde peut détruire la sagesse au cœur de chacun
Sans le vouloir.

Poème traduit du yoruba en anglais par Akinloye Ojo dans Imagine Africa 2014, puis en français par Claude Mouchard (avec la contribution de Dom Itille).

 

Version originale :

Àfàimọ̀
Akọ́kọ́ dáyé, mo ṣe báyé gun :
Ma rìn fàlàlà,
Mo sọ̀rọ̀ gbẹ̀dẹ̀,
Ma gbẹ́sẹ̀ sókè.
Ma tàpá làlá
Ma jẹun tán
Ma ṣéwe wọnnle
À fọ̀rẹ́ ni mo mọ̀
N ò mọ̀tà.
Gbogbo ayé a dàbii baba ẹni
Kò pẹ́ kò jinnà
Wọ́n ní mo ti n gbọ́n.
Bí mo rẹ́rìnín púpọ̀.
Ma jẹ̀kó.
Bí mo sọ’un tí mo rí.
Wọn a gbá mi lẹ́nu.
Àdàbà wà nijù,
Ó nàyẹ̀ sá
Bó dénú ílé tán,
A máa mumi inú agolo.
Ọ̀rọ̀ ilé-ayé, ẹ́kẹ́ẹ̀dẹ̀ !
Àkúkọ fò lórùlé,
Ó kọ lálá.
Bó ti n sọ̀ la tùyẹ́ apá, tùréèdí.
Ó wáá dẹni tí n kọrin l’ábẹ́ igi.
Ayé ò fẹ́ràn gólóbà bí òpìpì. Arúgbó gbékun lémú.
Mo wí, mo jọrẹ́.
Aròbó tọ sọ́bẹ́,
Mo sọ̀rọ̀, mo tẹ́nà iyà.
Mo ni ‘Bá a bá ri, ká wi.
Ayé ni Bójúrí, ẹnu a dákẹ́
À bẹ́ ò ráyé Iode ?
Àfàimọ̀,
Káye má payé mọ́’nú ẹni ?
Àtàimọ̀.

In Po&sie,  Belin, 2015

http://www.cairn.info

Catégories :Non classé

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s