Non classé

Aux infidèles

Poème d’Evariste de Parny (1753-1814) – LA RÉUNION (France)

Ingres, Le Bain turc (1862), Paris, musée du Louvre.

À vous qui savez être belles,
Favorites du dieu d’amour ;
À vous, maîtresses infidèles,
Qu’on cherche et qu’on fuit tour à tour ;
Salut, tendre hommage, heureux jour,
Et surtout voluptés nouvelles !
Écoutez. Chacun à l’envi

Vous craint, vous adore, et vous gronde ;
Pour moi, je vous dis grand merci.
Vous seules de ce triste monde
Avez l’art d’égayer l’ennui ;
Vous seules variez la scène
De nos goûts et de nos erreurs :
Vous piquez au jeu les acteurs ;
Vous agacez les spectateurs
Que la nouveauté vous amène ;
Le tourbillon qui vous entraîne

Vous prête des appas plus doux ;
Le lendemain d’un rendez-vous
L’amant vous reconnaît à peine ;
Tous les yeux sont fixés sur vous,
Et n’aperçoivent que vos charmes ;
Près de vous naissent les alarmes ;
Les plaintes, jamais les dégoûts ;
En passant Caton vous encense ;
Heureux même par vos rigueurs,
Chacun poursuit votre inconstance ;

Et, s’il n’obtient pas des faveurs,
Il obtient toujours l’espérance

In Poésies érotiques

Catégories :Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s