Lumière d’ici

Poème de Barbara Auzou (1969-) – Partenaire d’AFROpoésie – FRANCE

Image fournie par l’autrice

Passée la porte

d’une plage écumante

la vie s’invente

un rythme entre océan

et arganier

et l’espace notre guide affûté

fait de nous des mouettes par flopées

et des mirages avec qui jouer

pour le plaisir des yeux

le cœur nous bat d’être là

sculptées en permanence

par un vent entré dans la danse

par l’heure bleue

levée dans les ruelles de la médina

et le coeur te bat d’être là

toi dont je tiens la main en avance

d’une calligraphie

en recul d’un désert

j’entends battre à ton poignet de poussière

la vie si crânement cabossée

et ta façon si vive de te taire

qui n’appartient qu’à la lumière d’ici

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s