« Le calvaire de la traversée » de Moukassa

Poème de Moukassa (1983-) – Partenaire d’AFROpoésie – DJIBOUTI

Le détroit de Gibraltar et la mer d’Alboran à l’extrême occidental de la Méditerranée vue depuis un satellite. NASA

Que j’eusse cru sans détour

Aux boniments 

Des passeurs fallacieux,

Ne laisser nullement entrevoir

Que leur promesse de gagner l’Europe

Seulement en deux semaines,

Déboucherait dare-dare

Sur long un séjour en enfer.

L’impunité de mes tortionnaires

Dont

La froideur de la cruauté

Ait été

Si éloquemment maniérée

De prisme

De l’imagination la plus basse

Fut

Le diapason des pires supplices

Que

J’ai eu à subir de toute ma vie

Racketté

Malmené

Dépersonnalisé

Dépossédé même de mon libre arbitre

Brisé,

Par de déplorables conditions de détention

Vendu

Et réduit sommairement au rang d’esclave en Libye,

La traversée

Fut un véritable calvaire pour moi et mes congénères.

In Mosaïque. Les impliqués-Harmattan. (2022)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s