Guerre de paix!

Marcel Xavier Venn (1952-) – Partenaire d’AFROpoésie – SÉNÉGAL

Illustration de Elsa Leïla Mokrane (1993-) – Partenaire d’AFROpoésie – FRANCE/ALGÉRIE

22339441_10214351442604807_6502739655921174673_o

Guerre, guerre mais où est donc ta victoire !

Ceux qui la suscitent ne la font assurément pas.

Ils se lancent menaces et défis du haut du perchoir

Pour eux ceux qui se feront tuer ne comptent pas.

 .

Hélas ! qui gagne, qui perd n’est pas leur souci

Leur intérêt n’est rien d’autre que l’appât du gain

Hélas ! Ils trinquent après des combines pourries

Ils signent des pactes, un verre de vin à la main.

 .

Complices, dans des palaces pour le partage du butin

Ils gagnent en détruisant, ils gagnent en rebâtissant

Que des hommes meurent, ils continueront leur festin

Les dés sont pipés ! On n’éprouve aucune haine entre puissants.

 .

Ils vont, ils viennent, errant avec tous les vents

Ils ne savent plus qui ils sont, ni où ils vont

Doit-on mourir comme branches mortes en dérivant ?

Sans savoir comment ni pourquoi ces fronts !

 .

Qu’ils détruisent, qu’ils détruisent, qu’ils détruisent

Qu’ils arment des bras innocents pour tuer des innocents

Qu’ils reconstruisent, qu’ils reconstruisent, qu’ils reconstruisent

Qu’ils s’enrichissent en créant des chantiers de sueur et de sang.

 .

Il y a ceux qui arment, gagnent de quoi vivre de mieux en mieux,

Il y a ceux qui appuient sur la gâchette sans savoir pourquoi.

Les uns ordonnent la destruction pour après reconstruire « mieux » !

Les autres obéissent, détruisent et s’entretuent de bonne foi.

Publicités

2 réflexions sur “Guerre de paix!

  1. « Ils vont, ils viennent, errant avec tous les vents
    Ils ne savent plus qui ils sont, ni où ils vont
    Doit-on mourir comme branches mortes en dérivant ?
    Sans savoir comment ni pourquoi ces fronts ! »
    À elles seules, ces quatre vers portent la nécessité poétique de cette écriture : sa raison d’être, sa cause et sa finalité. On pourrait réduire leur portée à la cause des victimes, ceux qui « obéissent, détruisent et s’entretuent de bonne foi. » Pas si simple…
    Il se pourrait même que ces bras armés, une fois éclairés en intelligence sur les tonneaux humainement vides que sont les donneurs d’ordre, que ces bras baissent la garde ou tournent leurs armes contre ces négociants en chair à canon qui les exploitent. Paradoxalement, c’est de leur côté de victimes qu’il y a un mince espoir…
    En revanche, ceux qui construisent pour détruire, puis détruisent pour reconstruire sans aucune finalité humaine digne de ce nom, ceux-là sont d’autant plus irrécupérables qu’ils croient savoir « pourquoi ces fronts », au point de plus s’en poser la question « Doit-on murir comme branches mortes en dérivant ? » Fascinés par le pouvoir, la richesse et la guerre, ils ne savent plus qu’ils ne savent pas ce qu’il faut savoir pour exister, c’est-à-dire rester droit et porter des causes humaines difficiles à faire aboutir : en agissant pour agir, ils agissent à vide, emportés par les vents de l’action qui ne leur disent jamais « qui ils sont, ni où ils vont » : ils ne sont rien, ne vont nulle part, déboussolés, en pleine action, grisés par l’illusion politique !
    Du reste, nous sommes un certain nombre, dont la conscience politique saisit comme une évidence tout ce que disent les vers qui précèdent ces quatre ou qui leur succèdent. Peut-être fallait-il passer par ce récit…
    Merci

    Aimé par 1 personne

  2. Dans ce commentaire posté le 12 novembre 2017 à 23 h 14 min par Waounwa, lire après la citation des quatre vers, « A eux seuls » au lieu de « A elles seules »…
    Les coquilles rusent avec la plume…
    Merci

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s